L’impact des Fake news sur les réseaux sociaux.

Le débat de la laïcité fait des remous au Québec. La population est divisée quant à l’application de cette loi qui aura un impact sur la province. Les médias sociaux se sont emparés de la nouvelle. Une publication a circulé sur les réseaux sociaux concernant la mairesse de Montréal : Valérie Plante.

Fake News It Must Be True GIF
Crédit – Giphy

 

Fake news et réseaux sociaux

Une fausse nouvelle (Fake news) circule facilement sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter. Elle se caractérise comme une information fausse ou exagérée conçue pour tromper. L’effet instantané de ces plateformes favorise la transmission d’informations auprès de certains publics.

Les fausses nouvelles peuvent être alimentées par des débats sociétaux qui tranchent l’opinion publique. Donc, lorsqu’une publication confirme certains propos où des opinions, plusieurs choisissent d’y croire et de partager la nouvelle. Ainsi, il est facile de les diffuser et partager sur les réseaux sociaux. Prenons l’exemple de la publication Facebook à propos d’un café à Montréal. La publication stipulait que les femmes n’étaient pas permises dans plusieurs établissement d’un quartier.

Jeff Yates, expert en fausses nouvelles, a effectué ses recherches. Il s’avère que le créateur de cette nouvelle a déjà visité de l’un des magasins de ce quartier sans y’avoir vu un acte confirmant ses propos. Lors d’un passage aux toilettes d’un des commerces, il n’avait croisé aucune femme à l’intérieur. Il avait l’impression que si peu de femmes fréquentaient cet endroit, cela signifiait qu’elles ne pouvaient fréquenter ces établissements.

tom hanks computer GIF
Crédit — Giphy

Impacts des Fake news.

Ces fausses nouvelles sont tenaces et persistent sur la toile. Les internautes doivent se doter d’un esprit critique avant de croire chaque information qui circule. Dorénavant, il est important de vérifier les sources à l’origine de cette publication. Nous devons constamment être prêts à décortiquer ce qui vrai et ce qui faux. En tant que navigateur aguerri, nous sommes aussi appelés à combattre ce phénomène.

 

Voici une courte vidéo produite par Corde sensible d’ICI Radio-Canada portant sur les fausses nouvelles :

 

Références :

http://www.banq.qc.ca/services/fausses_nouvelles/fausse_nouvelle.html

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1163789/cafes-petit-maghreb-interdits-femmes-verification-faux

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1024190/entrevue-quebecois-responsable-pires-sources-desinformation-monde-world-news-daily-report-journal-mourreal

 

 

Advertisements

Société de transport de Montréal: Réseaux sociaux et image de marque.

Les entreprises utilisent les réseaux sociaux pour interagir avec leur clientèle. C’est un moyen efficace pour transmettre des informations essentielles concernant leur organisation. La société de transport de Montréal (STM) sert les citoyens de la région de Montréal avec un système d’autobus et de métro.

En 2017, le réseau de la STM a chiffré plus de 429,5 millions de déplacements. Avec un niveau d’achalandage aussi élevé, leur présence sur les réseaux sociaux est essentielle afin de promouvoir adéquatement les services offerts.

Sans titre (7)

Réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, La STM illustre les bénéfices de l’utilisation des transports en commun en informant le public des nouveautés du système et en présentant les règles de bienséance aux usagers. Leur page Twitter principale (stminfo) compte plus de 226,5 milliers d’abonnés. De plusles différentes lignes du métro ont leur propre fil d’actualité afin d’informer les abonnés des retards, arrêts de services et des travaux en cours.

La clientèle profite de cette proximité pour émettre leurs commentaires et suggestions par rapport au service offert et des expériences vécues au sein du réseau.

ligne métro
Capture écran : Twitter Ligne orange

 

commentaire_stm
Capture écran : Facebook STM

 

Identité visuelle 

La société de transport de Montréal a une identité visuelle solide. Son logo, qui fut changé en 2010, est composé de trois dimensions : engagement, rapprochement et leadership. Ces dimensions composent les valeurs et missions de l’entreprise face à son rapport avec leurs publics internes et externes.

Les couleurs de l’entreprise ont chacune leur signification particulière : bleu (STM), vert (environnement) et jaune (gens). Les couleurs associées aux lignes de métro sont représentées et respectées dans la majorité de leurs campagnes publicitaires. L’entreprise a ainsi une ligne directrice bien établie pour la création de leurs affichages.

ligne_pub
Capture écran : Facebook-STM
nb_stm
Capture écran : Facebook-STM

 

Branding

La STM se positionne, comme le réseau de transport en commun, le plus utilisé de la grande région de Montréal. Donc, l’organisation bâtit son branding et ses communications pour promouvoir la satisfaction client, la bonification des services et l’innovation des moyens de transport (train azur et autobus hybrides). Ses publicités peuvent aussi permettre le recrutement d’employés et la promotion de l’utilisation du transport en commun. La STM sait comment se positionner sur le marché et présenter ses services aux usagers.

mavoixmastm
Capture écran : stm.com

 

Donc, la STM contrôle bien son image et s’assure de présenter des messages cohérents qui collent avec la personnalité de l’entreprise. Elle est à l’écoute de sa clientèle et reste à l’affût des innovations de son marché.

 

Voici une courte vidéo de la STM pour recruter des employés.

 

Références :

https://www.stm.info/sites/default/files/affairespubliques/Communiques/Rapport_annuel_2017/ap_rapport_annuel_2017_final.pdf

https://www.stm.info/sites/default/files/pdf/fr/norme_logo_stm.pdf

 

Gestion des réseaux sociaux : défi de taille pour les communicateurs.

Sans titre (6)

Les réseaux sociaux ont maintenant leur place bien distincte dans une entreprise. Il est important de les gérer de manière responsable, car une utilisation hasardeuse et irréfléchie peut facilement mener à une crise. Les employeurs recherchent des communicateurs polyvalents qui sont capables de créer et entretenir une communauté. La gestion des réseaux sociaux est devenue un défi de taille pour les communicateurs. Il ne suffit plus de répondre à des commentaires. Il faut réagir, commenter et dénouer des situations problématiques.

excited internet GIF
Crédit – Giphy

Créer du contenu

Les gestionnaires de communauté doivent être aptes à créer du contenu interactif et hors du commun. Le but de la création de contenus est de vendre ou de faire connaitre la compagnie. Le public cible du contenu créé est généralement la clientèle. C’est un public que la compagnie connait et encourage à intégrer leur communauté. La création de contenus permet aux entreprises de se faire connaitre et de se distinguer de la concurrence. Ce contenu doit coller avec l’image de l’entreprise tout en amenant une nouvelle facette de l’organisation auprès des abonnés de la page. Donc, la page doit avoir une « personnalité ».

Un contenu innovant est toujours un facteur d’engagement intéressant pour les compagnies. Prenons l’exemple de la page Facebook de Maxi. Cette page a un cachet qui amène les abonnés à interagir avec la compagnie, mais aussi partager une publication avec son entourage afin de relayer un contenu intéressant. Cela peut générer un « buzz » (viral) et créer une frénésie sur les réseaux sociaux de l’organisation.

maxi-création contenus
Crédit photo : Facebook — Maxi

 

Gérer des crises

Un gestionnaire de réseaux sociaux fait face à des situations difficiles. En effet, une crise peut émerger en tout temps. Il faut mesurer l’ampleur de la crise et agir en conséquence. La clé pour se sortir d’une crise est d’être préparée et avoir une bonne stratégie. L’entreprise doit être dotée d’un plan de crise pour les réseaux sociaux afin de lancer les bons messages.

Ce plan de crise doit comporter des étapes précises qui permettent ainsi au gestionnaire d’agir en conséquence. L’employé doit avoir en main toutes les ressources qui lui permettront de répondre efficacement. La mise en place d’une stratégie efficace saura calmer ou mettre fin à une crise.

homer simpson internet GIF
Crédit — Giphy

 

Utiliser des outils pour analyser les audiences

working rocket science GIF by US National Archives
Crédit — Giphy

Maintenant, il est portant d’analyser la portée des publications afin de voir si le contenu est rentable. L’analyse des audiences permet de cerner si nos publications ont de l’impact dans les réseaux. Divers outils sont disponibles sur Internet (payants ou gratuits).

Voici une série d’outils gratuits qui permet l’analyse des données :

  • Google Analytics
  • Keyhole
  • SocialRank
  • Facebook Insights
  • Instagram Insights
  • Twitter Analytics
  • Social Report (essai gratuit de 30 jours disponible)

En somme, les gestionnaires de communauté rencontrent des défis de taille, mais pratiquent un métier stimulant.

 

Références : 

https://blog.hootsuite.com/fr/gestion-de-crise-sur-les-medias-sociaux-quel-plan-daction/

https://www.infopresse.com/article/2015/10/5/creation-de-contenu-quoi-comment-et-pour-qui

https://buffer.com/library/social-media-analytics-tools

 

Faire du bénévolat pour s’impliquer dans sa communauté.

En tant que jeune professionnelle, je prends toujours l’occasion de trouver une cause qui m’intéresse afin d’impliquer dans ma communauté. S’impliquer dans sa communauté permet d’aider son prochain, faire du réseautage et découvrir une passion que l’on ne pensait pas avoir. De plus, notre implication peut bénéficier à une organisation ou un organisme qui a besoin de personnes dévouées pour les soutenir. 

Faire du bénévolat. 

Le bénévolat nous permet de rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi donner du temps pour les autres. Le bénévolat permet à des organisations, organismes, associations et entreprises de trouver des personnes qui souhaitent contribuer à la réussite de leurs valeurs et de leurs missions. Donc pour trouver une occasion de bénévolat intéressante, il suffit de vous rendre sur la page d’une organisation qui vous intéresse et voir s’il offre une occasion de bénévolat. De plus, les employeurs reconnaissent qu’ils trouvent cela pertinent lorsque leurs futurs employés ont été bénévoles. 

hands
Crédit photo : Pixabay

Dans la région de Montréal, il existe des organismes qui nous aident à trouver des occasions de bénévolat qui collent bien avec nos besoins et aspirations. Le Centre d’action bénévole de Montréal a comme rôle premier de promouvoir le bénévolat auprès des citoyens de Montréal. Il offre du bénévolat avec les clientèles : 

  • Aînés
  • Enfance 
  • Femmes
  • Hôpitaux
  • Entreprises 
  • Événementiels.

Sans titre (5)

Bénévolat dans les médias 

Dans les médias, le bénévolat est peu présent. Si on en fait mention, il est présenté comme une passerelle entre le marché du travail et la retraite. Pourtant, les jeunes gagnent beaucoup à s’impliquer. Le bénévolat peut se présenter sur plusieurs formes comme : associations étudiantes, implication dans un parti politique ou s’impliquer dans son établissement postsecondaire. 

Cette implication est célébrée chaque année par l’événement Forces Avenir qui souligne l’engagement étudiant. N’hésitez pas à vous impliquer afin d’être un agent de changement pour votre communauté et aussi pour vous épanouir. 

 

 

Références : 

https://www.ledevoir.com/economie/495691/benevolat

http://cabm.net/

 

Comment les réseaux sociaux ont changé l’industrie des produits de beauté.

 

Les réseaux sociaux sont omniprésents dans nos vies. Nous publions nos meilleurs moments, nos échecs et aussi partageons nos intérêts avec notre public. Les compagnies de produits de beauté ont sauté sur l’occasion pour publiciser leurs produits. Nous assistons à l’éclosion d’une manière de présenter son entreprise. Les influenceurs deviennent ainsi, un véhicule efficace pour les entreprises afin d’atteindre un public plus large.

Voici les éléments qui ont permis aux réseaux sociaux de changer le visage de l’industrie des produits de beauté.

La venue des Beauty Gurus

beautiful-woman-car-eyelashes-1769467
Crédit photo : pexels.com — Bashir Olawoyin

Passionnées par les produits de beauté, ces personnes souhaitent partager leurs opinions avec une audience qui désire avoir l’opinion d’une tierce partie avant d’acheter un produit. Ces personnes deviennent comme des amis pour celui ou celle qui visionne la vidéo. Les conseils donnés par ces Gurus sont présentés comme une conversation entre amis. Le type de contenus, que ces derniers publient, peut présenter de nouveaux produits, leur première impression sur un produit ou une vidéo payée par une compagnie qui désire.

Les entreprises ont développé des listes d’envoi (PR list)  ciblées afin d’envoyer des produits aux Gurus pour qu’ils deviennent des ambassadeurs de leurs marques ou qu’ils présentent du contenu à propos d’eux.

Sans titre (4)
Crédit photo : YouTube

beauty
Crédit photo : instagram.com

Accessibilité des produits

Sans titre (3)

Maintenant, il n’est plus nécessaire de se déplacer en magasin pour trouver le produit que nous souhaitons avoir. Il suffit de naviguer sur Internet pour trouver ce dont nous avons besoin. Nous recevons des publicités lorsque nous naviguons sur nos réseaux sociaux. De plus, ces derniers nous donnent l’opportunité d’acheter les produits sur le champ en utilisant le « call To action » en cliquant sur Shop Now ou Learn more  comme il est illustré sur les images ci-dessous.

pubig

(crédit photo : Facebook et Instagram).

La diversité au centre de l’industrie

L’industrie des produits de beauté devient plus inclusive. Nous voyons de nouveaux modèles de beauté être mis de l’avant pour promouvoir les marques. Il est enfin possible de voir différents types de beauté mis de l’avant. La venue des réseaux sociaux a permis a des personnes comme James Charles de changer les choses. Il fut le premier homme à être Covergirl. Par contre, il ne faut pas se cacher qu’il reste encore beaucoup de travail à faire.

Plusieurs personnes ont encore dû mal à voir leur type de beauté être célébrées. Certaines marques ont aussi encore de la difficulté à développer des produits pour toutes les teintes de peau.

Donc, les réseaux sociaux sont devenus un véhicule de marketing intéressant pour l’industrie des produits de beauté. L’accessibilité des produits et le commencement de la diversité ont permis au public de découvrir de nouveaux produits qui peuvent amplement les satisfaire.

covergirl

crédit photo : Instagram : Covergirl

 

 

Références :

https://www.pixlee.com/blog/10-beauty-and-fashion-influencers-your-brand-should-partner-with/

https://www.theguardian.com/fashion/2016/oct/11/covergirl-james-charles-first-cover-boy-makeup-artist

https://www.thisisinsider.com/tarte-cosmetics-shape-tape-foundation-range-2018-1

Astuces pour devenir un meilleur citoyen

Vendredi le 15 mars, nous avons assisté à une mobilisation citoyenne impressionnante. On a compté plus de 30 000 personnes qui sont descendues sur les rues de Montréal pour la Marche pour le climat. Ce n’est pas seulement à Montréal qu’a eu lieu cet événement.

Plus de 2 000 villes dans le monde ont tenu la même marche pour dénoncer l’inaction des gouvernements face aux changements climatiques et souligner leurs inquiétudes pour l’avenir de notre planète.

citoyen
Crédit photo : pixabay.com

J’espère que cette marche a su réveiller nos instances gouvernementales, afin qu’il prenne au sérieux le cri du cœur de la population, plus particulièrement les générations futures. En tant que citoyen, il est important de faire sa part et laisser une planète viable aux adultes de demain. Voici des astuces pour devenir un(e) meilleur(e) citoyen(ne).

Sans titre (1)

Faire du recyclage

Il est primordial de prendre conscience de l’importance du recyclage. Il faut se l’avouer, parfois la paresse l’emporte sur l’envie de trier ses ordures. Jeter son carton de jus à la poubelle à 6 h 30 est beaucoup plus rapide que d’aller déposer ce carton au recyclage quand il nous reste 10 minutes avant de sortir de la maison. L’un des plus gros problèmes que nous vivions actuellement est la contamination des produits recyclables. Cette contamination se qualifie par la présence de contenants non recyclables au recyclage. 

D’ailleurs, le taux de contamination des déchets résidentiels à Montréal, est a plus de 7,5 %. C’est un faible taux si on se compare à Edmonton qui a un taux de 24 %. Cependant, il serait intéressant d’atteindre un objectif zéro pour améliorer nos habitudes de vie.

recyclage
Crédit photo : pixabay.com

Être un consommateur responsable

La consommation responsable est rentable pour son portefeuille, mais aussi pour l’environnement. Il est bien de se faire plaisir et de magasiner pour acheter des produits dont nous avons envie. Cependant, une consommation excessive entraîne des conséquences graves pour l’environnement. Afin de devenir un consommateur responsable, il est important de se soucier des principes des 3R-V.

Donc, il faut réduire nos déchets, réemployer nos produits (allonger leur cycle de vie), recycler nos biens et valoriser. Valoriser son produit est de décider de le recycler ou de réutiliser.

shopping
Crédit photo : pixabay.com

Éduquer son entourage

L’éducation est un véhicule assuré pour sensibiliser son entourage. On peut informer nos amis que jeter sa facture sur le trottoir a des conséquences à long terme sur notre environnement. La transmission de connaissance permet le partage de connaissances, mais aussi un échange d’idées qui permettra à chacun d’exprimer son opinion sur le développement durable et l’environnement.

Il est toujours intéressant de voir les efforts de nos gouvernements pour implanter une conscience environnementale aux générations futures. Alors, les petits comme les grands peuvent tous bénéficier d’une discussion à propos de l’écocitoyenneté.

amis
Crédit photo : pixabay.com

 

En résumé, la clé pour devenir un meilleur citoyen est d’être sensibilisé à la cause environnementale, mais aussi de changer ses habitudes de vie afin d’influencer notre entourage.

Pour en savoir plus : https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/

 

Sans titre (2)

 

 

Références :

https://www.meteomedia.com/ca/nouvelles/article/la-marche-pour-le-climat-un-mouvement-planetaire

https://equiterre.org/projet/consommation-responsable

http://www.environnement.gouv.qc.ca/jeunesse/chronique/2005/0512-3rv.htm

 

 

Me, Myself and I : penser à soi à l’ère numérique.

Métro, boulot, dodo…

Sans titre

Cette expression nous rappelle à quel point nous avons instauré un mode vie effrénée à notre société. Nous sommes coincés dans ce cycle qui nous donne parfois moins l’occasion de privilégier notre bien-être.

Notre bien-être est une priorité en soi. Nous devons être à l’écoute de notre corps afin de nous reposer et de vivre sereinement.

Le self care et les réseaux sociaux.

social media

(source : Pixabay)

Sur Instagram, le mot-clic self care compte plus de 12 millions de publications d’abonnés. Les utilisateurs diffusent des photos de citation, de nouvelles habitudes alimentaires, photos de voyage, photos entre amis, etc. Cela démontre un besoin réel de prendre le temps pour soi et de trouver des solutions uniques à chacun. La page @mindsetofgreatness, du blogueur Lukas Notes, est une page diffusant des citations au quotidien aux abonnés afin de leur donner une source de motivation.

selfcareblog

 

Certains envisagent de supprimer leurs réseaux sociaux pour faire une désintoxication afin de se retrouver. Cette solution nous donne l’impression que nous prenons une sage décision qui saura alléger nos vies. Pourtant, un article de Radio-Canada souligne que cette cure de désintoxication numérique ne serait pas utile.

Cette publication se base sur une étude britannique qui repose ses recherches sur les cures de désintoxication numérique et ces supposés effets positifs. Elle démontre qu’il y’a peu de preuves scientifiques qui affirment cette présomption. Il serait plutôt néfaste de couper les réseaux sociaux de manière drastique. Ce qu’on peut retenir, c’est qu’un équilibre entre une vie numérique et la vie dite réelle est la solution en soi.

Au fil des années, des applications ont été développées pour favoriser la méditation et la thérapie.

Sur la route du bien-être

En tant qu’étudiante en communications, je suis heureuse de constater que nous avons un organisme qui participe au bien-être des travailleuses et travailleurs en communications ou marketing. BEC est un organisme à but non lucratif qui offre un service d’écoute gratuite au téléphone 24/7 afin que nous puissions parler de nos problèmes personnels et professionnels.

Prenons soin de nous !

bec montreal

(source : Facebook de BEC)

 

férences : 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1148408/detox-numerique-inutile-dommageable-sante-mentale-psychologie

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1144648/deconnexion-appareils-electroniques-resolution-2019

https://le-bec.org/

https://www.facebook.com/BEC/

https://theconversation.com/digital-detoxes-are-a-solution-looking-for-a-problem-106460

 

Au revoir Musique Plus !

Le Jeudi 14 février dernier, nous avons appris la fermeture de Musique plus. Créée en 1986, Musique Plus a changé le visage télévisuel au Québec en amenant la musique au premier plan. La jeunesse québécoise avait finalement une chaîne de télévision qui les faisait vibrer. Les Vjs (vidéo jockeys) tels que Véronique Cloutier, Claude Rajotte, Sonia Benezra, Anne-Marie Withensaw, Dany « ’Babu » Bernier, Chéli Sauvé-Castonguay, Nabi-Alexandre Chartier et tant d’autres ont débuté leur carrière en animant des émissions de musique emblématiques. La fermeture de Musique Plus survient après une longue période de questionnements sur la pertinence des vidéoclips à l’ère du streaming.

Musique Plus a connu une longue période difficile avant la fermeture complète de son fameux studio sur la rue Ste-Catherine. En 2015, la chaîne avait arrêté sa production interne. Elle s’est regroupé avec sa chaîne sœur Musimax et le Groupe Vtélé sous Noovo pour offrir une programmation complètement différente. Musique Plus était devenue une chaîne de télévision où l’on diffuse des émissions de télé-réalités américaines et québécoises ainsi que des émissions de fictions. Elle avait le souhait d’acquérir une clientèle plus jeune.

Résultats de recherche d'images pour « vj musique plus »

(source : lienmultimedia.com)

Réactions suite à l’annonce de la fermeture

Sur Facebook, Musique Plus a annoncé la fermeture de la chaîne en déclarant qu’elle deviendra une chaîne uniquement consacrée aux émissions de fiction. Les abonnés de la page ont exprimé leur mécontentement et se demandaient si les émissions toujours en ondes seraient conservées.

musiqueplus1

Certains Vjs ont publié, sur leurs réseaux sociaux, une dédicace à Musique Plus qui a su laissé son empreinte sur leur cheminement professionnel et leur épanouissement personnel.

musiqueplus4m5

(source : Instagram de Chéli Sauvé-Castonguay et Isabelle Desjardins)

musiqueplus2

(source : Facebook de Musique Plus)

L’avenir du vidéoclip

Il ne faut pas supposer que la fermeture de chaînes télévisées comme Musique Plus amènera la fin des vidéoclips dans le monde musical. Les artistes ont développé de nouveaux moyens pour promouvoir la sortie de leur nouveau vidéoclip. Le contact, plus intime, qu’on offre les réseaux sociaux permet aux artistes d’interagir avec le public. Ces admirateurs vont partager le nouveau vidéoclip dans leurs propres réseaux. Donc, il est faux d’affirmer que les vidéoclips ne sont plus d’actualité.

m7

(source : Twitter d’Ariana Grande)

Pour poursuivre la conversation, voici une chronique de Pascale Lévesque à l’émission Médium sur les ondes d’ICI Première  :

m6

(source : Médium large – ICI Première)

Références : 

https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/musiqueplus

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/711522/fin-production-interne-musiqueplus-musimaz

https://www.ledevoir.com/culture/cinema/523015/festival-regard-le-glas-du-videoclip-n-a-pas-sonne

https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/medium-large/segments/chronique/106276/videoclip-survivra-mort-chaines-musicales-levesque

http://www.lienmultimedia.com/spip.php?article66587

https://journalmetro.com/culture/2148628/musiqueplus-disparaitra-des-ondes-lete-prochain/

 

La mode écoresponsable : l’avenir de la mode.

Le développement durable est un concept clair. Il est important de satisfaire nos besoins tout en conservant une planète en santé pour les générations futures. Cependant, notre mode de vie nous empêche de faire des choix éclairés. Nous avons maintenant adopté une manière de magasiner qui nuit à notre écosystème.

La mode rapide consiste à la fabrication de vêtements qui a un cycle de vie court. Ces vêtements sont vendus dans des boutiques tels que H&M, Forever 21, Top Shop, Zara et Fashion Nova. Les consommateurs sont friands de ces magasins, car ils offrent une variété de produits à prix modeste.

GIF by RILEY ROSE(source : Giphy)

Le documentaire The Trust Cost (2015) réalisé par Andrew Morgan explique les impacts environnementaux, sociétaux et économiques de ce nouveau mode de consommation. Les travailleurs affectés sont aux prises avec des problèmes environnementaux qui affectent leur santé. Il serait plutôt intéressant d’opter pour une consommation responsable qui est bénéfique pour notre planète. Maintenant, il est possible de posséder des vêtements et accessoires écoresponsable ou même végétalien.

Lambert, marque montréalaise.

Lambert est une entreprise montréalaise fondée par Mélissa Lambert qui se spécialise dans la confection de sac à dos chics et vegan. Leurs sacs sont dessinés à Montréal et fabriqués en Chine. Elle se positionne comme une entreprise qui produit des accessoires confortables, urbains, multifonctions et pratiques.

lambert1

(source : designlambert.com)

Branding et image de marque.

Lambert s’est positionné comme une entreprise qui valorise la consommation responsable et vegan.  Elle est transparente sur ses moyens de conception et s’assure que les employés ont des conditions de travail saines.

lambert2

(source : designlambert.com)

Le site internet de Lambert est épuré, simple d’usage et conçu pour une clientèle québécoise avec les images publiées. Ils vendent leurs produits en ligne, chez certains détaillants et à leur boutique-atelier à Montréal. La compagnie est aussi présente sur Instagram et Facebook. Ils utilisent leurs réseaux sociaux pour faire la promotion de leurs produits, des collaborations avec d’autres compagnies et des concours pour leurs milliers abonnés.

lambert3.PNG

51863848_1145939842241002_2441376801092534272_n

lambertface

(source : Designlambert.com, Instagram et Facebook)

Donc, il est possible d’être une compagnie florissante tout en respectant l’environnement. Lambert est un exemple de choix puisque l’identité de cette entreprise repose sur des valeurs qui s’arriment avec les besoins criants de la population. En tant que consommatrice d’accessoires, je souhaite que d’autres compagnies emboîtent le pas et choisissent la voie de la production responsable.

 

Références :

Sac à dos vegan

https://www.courrierinternational.com/article/enquete-hm-zara-topshop-la-fast-fashion-un-fleau-ecologique

https://www.ic.gc.ca/eic/site/sd-dd.nsf/fra/accueil

http://ici.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2012-2013/chronique.asp?idChronique=373770

 

Fashion Nova : À la conquête d’Instagram.

Fondé en 2006 par Richard Saghain, Fashion Nova est passé d’une boutique peu connue dans un centre d’achat californien à une entreprise florissante au succès effervescent en ligneEn 2018, Fashion Nova est devenue la compagnie de vêtements la plus recherchée sur Google. Cette entreprise se démarque par sa présence unique sur les réseaux sociaux. Elle a su exploiter la popularité d’Instagram pour  susciter l’intérêt de son public cible. Elle figure en tête des résultats Google lorsqu’on recherche le nom de l’entreprise.

fn1

(Source : fashionnova.com)

fn2

(Source : Google.com – Fashion Nova)

Moyen de communication

Fashion Nova utilise Instagram comme médium de prédilection pour atteindre son public cible. Le mot-clic #fashionnova sur Instagram a été utilisé sur plus de 2.3 millions de publications. Sur cette plateforme, l’entreprise publie des photos et des vidéos pour promouvoir leurs produits.

fashionnova

(Source : Instagram)

Branding, médiatisation et notoriété.

Fashion Nova se qualifie comme une marque toujours à l’affût des dernières tendances. Elle offre une variété de produits pour une multitude d’événements. Ses vêtements abordables attirent les jeunes acheteurs qui s’arrachent les produits dès qu’une célébrité s’associe à eux. Effectivement, l’entreprise mise sur ses publicités avec des personnalités connues pour accroître sa notoriété. Ce public se fie aux éloges émis par les influenceurs et les célébrités pour  ensuite acheter les vêtements les plus tendance.

De plus, les clients peuvent aussi tenter de devenir des ambassadrices de la marque en utilisant leur mot-clé #fashionnova et le mot-clé #ad qui est dorénavant obligatoire.

51061432_2270382803246093_2257061462155460608_n

fncollab

(source: instagram.com, fashionnova.com)

Sur YouTube, la simple mention de la compagnie engendre des millions de vues. Les clients souhaitent savoir à quoi ressemble les vêtements et si ces derniers satisferont leur besoin de regarnir leur garde-robe. Grâce à sa popularité fulgurante, Fashion Nova attire l’attention des magazines de mode qui rédigent des billets sur leur succès.

fn_visual

fn6

fn7.PNG

(Sources : Youtube.com, elle.com et refinery29.com)

C’est certain, Fashion Nova se distingue de ses concurrents en offrant des produits abordables. Elle utilise aisément Instagram pour augmenter sa visibilité afin d’accroître ses profits. Les compagnies doivent maintenant changer leur modèle de marketing s’ils souhaitent rattraper Fashion Nova et conquérir le coeur des consommateurs millénaux.

Références :

https://www.businessinsider.com/fashion-nova-favorite-brand-of-the-internet-teens-2018-10

http://www.papermag.com/fashion-nova-cardi-b-2569142133.html

https://www.elle.com/fashion/a19755367/cardi-b-fashion-nova-collaboration/

https://www.fashionnova.com/

https://www.refinery29.com/en-us/2018/02/192132/fashion-nova-interview-ceo-richard-saghian

https://www.refinery29.com/en-us/2018/07/204895/fashion-nova-models-instagram-business